Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

ET SI AUTRE CHOSE ÉTAIT POSSIBLE ?

MARRE de cette société pourrie et de tous ces partis, de gauche comme de droite, professionnels de la langue de bois !!! NOUS VOULONS AUTRE CHOSE, de plus vrai, plus équitable et plus humain !

 

L'action dont j'ai pris l'initiative connaît des débuts prometteurs et les connexions sur le site sont aux environs de 500/jour. Toutefois, il en faudrait le double pour attirer l'attention des médias, sans lesquels nous ne pouvons espérer progresser assez rapidement.

 

Je fais donc appel à chacun de vous, prenez quelques minutes pour découvrir des propositions totalement innovantes. À nous de décider si nous préférons continuer de nous laisser entuber en nous contentant de pleurnicher, ou si nous voulons agir pour faire évoluer cette société décadente. Moi, je choisis la seconde option !

 

Je remercie chaleureusement tous ceux qui auront la curiosité de visiter le site :  http://acs.eg2.fr

 

B. GONEL

30/10/2010

SOLIDARITÉ ET DÉTERMINATION : LA CLÉ DE TOUT

Comme vous le savez si vous avez lu mon précédent article, les propositions contenues dans mon bouquin sont maintenant accessibles sur mon site. Parmi mes "amis" et membres des groupes auxquels je participe, vous êtes déjà nombreux à m'avoir fait part de votre intérêt pour les mesures proposées.

 

Toutefois, si nous voulons vraiment avancer, il est essentiel d'intéresser les médias à cette action. Il est possible d'y parvenir en leur adressant les statistiques du site, le nombre de visites étant alors déterminant. Chaque connexion est ainsi une chance de plus de nous faire connaître plus largement et donc de progresser plus rapidement.

 

Si nous parvenions à maintenir une moyenne de 1000 connexions/jour, sur seulement une semaine, je prends alors le pari que ce serait suffisant pour éveiller l'attention. Pour le moment, les résultats, bien que très encourageants, restent encore insuffisants (entre 300 et 400 connexions/jour). Si les propositions que vous avez pu lire (ou que je vous propose de découvrir) vont dans le sens de vos propres convictions, seule votre aide peut désormais nous permettre d'aboutir.

 

Si comme moi vous ne faites plus confiance aux politiciens en place, il ne dépend que de nous d'aller vers autre chose. C'est pourquoi je fais appel à chacun de ceux qui se sentent concernés. Il suffit d'une minute par jour pour atteindre notre but, une minute qui pourrait changer bien des choses ! Est-ce que ça ne vaut pas la peine d'en prendre le temps ?

 

À nous de décider si nous préférons nous laisser entuber en nous contentant de crier que ça fait mal, ou si nous voulons agir pour faire évoluer cette société pourrie. Moi, je choisis la deuxième solution ! Et vous ?

 

Je remercie chaleureusement tous ceux qui auront le courage de se montrer déterminés et solidaires. L'adresse du site :  http://acs.eg2.fr

 

B. GONEL

16/05/2009

L'indifférence des représentants syndicaux envers les retraités

Je suis, en ce moment, particulièrement remonté contre les syndicats. Bien sûr, ce qui me scandalise, ce n'est pas qu'ils demandent des mesures pour préserver l'emploi et augmenter le pouvoir d'achat. Ça, ça me semble pleinement justifié. Mais quand ils parlent pouvoir d'achat, on ne les entend toujours parler que des seuls salaires. Comme d'habitude, pas un mot sur les ridicules petites retraites (et là, je ne parle pas uniquement du "minimum vieillesse").

 

Récemment, j'entendais un leader syndical demander comment on peut vivre à moins de 1200 euros par mois. Eh bien, puisqu'il semble préoccupé par le sujet, j'aimerais qu'il me dise ce qu'il pense de devoir vivre avec moins de 850 euros par mois (c'est ce que j'ai pour vivre), ou encore mieux, avec moins de 500 euros par mois (c'est le chiffre autour duquel tournent les minimas sociaux). Pourtant, on ne les entend formuler aucune revendication en faveur de ceux qui doivent vivre, ou plutôt survivre, avec des revenus aussi ridicules que scandaleux !!!

 

Que ce gouvernement et ce président soient indifférents au sort des plus pauvres n'a rien de très surprenant. Depuis toujours, on voit bien que la droite semble n'avoir d'autre ambition que de servir fidèlement le MEDEF. Que les partis de gauche ne s'expriment pas d'avantage sur ce point est déjà plus troublant. Mais alors, que les syndicats restent silencieux sur le sujet, c'est tout simplement ignoble !!!

 

Toute ma vie, j'ai été militant et au syndicat, on m'a beaucoup parlé solidarité. Je me suis donc battu pour défendre l'intérêt de tous. Mais si j'avais su qu'une fois à la retraite, cette solidarité, dont on m'avait tant parlé, je ne pourrai plus compter dessus, j'aurais économisé mes cotisations syndicales, mon temps et mon énergie.

 

La vraie solidarité, ce n'est pas défendre seulement telle ou telle catégorie, c'est défendre l'intérêt général et c'est, par définition, basé sur la réciprocité. Donc, ou bien on demande l'augmentation du pouvoir d'achat pour tous (pour tous, messieurs les représentants syndicaux), ou bien, si on veut rester dans le catégoriel, la priorité des revendications doit bénéficier d'abord à ceux qui ont le moins (là, ce n'est même plus de moi dont je parle, mais des minimas sociaux qui en ont encore plus besoin). La solidarité, c'est ça et rien d'autre !!!

 

J'étais resté syndiqué après la retraite, mais là, complètement écœuré par le silence des syndicats, j'ai résilié mon adhésion et si d'autres retraités encore syndiqués me lisent, je les encourage à faire de même. En effet, à quoi bon continuer si les représentants syndicaux peuvent encore compter sur nous, alors que nous, visiblement, nous ne pouvons plus compter sur eux.

 

Au risque d'être déçu, je veux pourtant croire que, pour le défilé du 1er mai (dont on ne peut qu'espérer qu'il sera unitaire), on entendra enfin les représentants syndicaux s'exprimer sur tous les revenus inférieurs à 1000 euros par mois et notamment les petites retraites (et pas seulement le minimum vieillesse).

 

 

B. GONEL